Le 16-20 - Actu

Le certificat Covid numérique de l’UE va être prolongé jusqu’à l’été 2023

4 février 2022
cst-1

La Commission européenne a indiqué jeudi proposer une prolongation d’un an du règlement autour du certificat Covid numérique de l’UE, pour que cet outil commun puisse encore être utilisé jusque juin 2023. L’UE prévoit donc de devoir encore utiliser le pass Covid numérique un certain temps.

Malgré tout, «il a été créé en tant que mesure exceptionnelle, et reste une mesure exceptionnelle», a insisté jeudi en salle de presse un porte-parole de la Commission, Christian Wigand.

La proposition de prolongation doit encore recevoir le feu vert du Parlement européen et des États membres.

La Commission propose en même temps d’adapter quelque peu le texte, explique-t-elle jeudi. Une des adaptations mises sur la table est d’élargir la gamme de tests de dépistage qui devraient être acceptés par tous, pour y inclure des «tests antigéniques en laboratoire de grande qualité».

Actuellement, seuls les tests d’amplification de l’acide nucléique (comme les tests PCR) sont d’office reconnus comme valides partout, via le certificat numérique Covid. Les États membres peuvent choisir s’ils acceptent aussi certains tests antigéniques rapides comme preuve valable de l’absence du virus.

Le certificat Covid européen a été mis en place au printemps 2021, pour faciliter et harmoniser la reprise des déplacements à travers l’UE. Le QR-code, imprimé sur papier ou présenté sur smartphone, informe sur l’état de la vaccination de la personne, sur le résultat d’un récent test de dépistage ou sur son rétablissement après une récente contamination au coronavirus. Son principe est de fournir une information lisible et reconnue partout dans l’UE, les différentes applications nationales étant connectées entre elles.
Veuillez fermer la vidéo flottante pour reprendre la lecture ici.

Si l’UE met au point des règles pour déterminer ce que le certificat peut prouver, et comment il devrait être utilisé pour ce qui est des déplacements entre États membres, elle n’intervient pas dans l’utilisation qu’en font les États en interne (le pass utilisé comme condition pour accéder à un restaurant, par exemple).